vendredi, mars 20, 2009

H2O


¿Depuis quand savons-nous que hydrogène et oxygène se combinent et ils deviennent eau? Des toujours, depuis que nous savons que nous savons... au moins.

Il y a déjà deux ou trois jours que mon amie Gloria m'a présenté une boîte précieuse qu’elle a fait avec morceaux de mes papiers marbrés. De plus, elle l'a publié dans son blog avec quelques mots merveilleux.

Je le mets dessous pour celui qui veut le voir.

http://elsotanodelasmaravillas.blogspot.com/2009/03/le-petit-jardin-celemin-et-des.html

J'ai recherché dans son blog avec curiosité... je suis de la vieille école, et ce que c'est un blog il est un peu complètement nouveau pour moi, mais enfin, j'ai vu d'autres choses qu'elle dessine comme une petite et précieuse boîte Sofi avec autre de mes papiers découpé comme si c'était une dentelle... Hydrogène

Je le savais déjà. Je savais que j'ai des amis qui font des choses avec mes papiers que je n’avais jamais pu imaginer. Alejandro me surprend toujours. Diana, Adriana, Oscar, Paz...

Eh bien, donc au grain, comme dit Javier, ce qui m'est venu à l'esprit seulement est que, pour être à l'hauteur de tant de merveilles, maintenant c’est moi qui devais proposer de nouvelles choses. Oxygène

J'ai peint quelques nouveaux papiers à l'idée de que chacun puisse choisir la partie qu'il veut, parce qu'ils n'ont pas de structure définie, tout coin peut être un cadrage, je l'ai prouvé avec quelques papiers et je eu cela :


















Ce sont des détails du premier papier, 20 x 30cms. taille réelle... toujours en pensant à des gardes de livres.


Maintenant une autre :


et ses conséquences :














Je ne vais vous fatiguer plus, je crois que l'idée est déjà expliquée. Je rends la suggestion. Je suis sûr que je l’aurai multipliée, que vous serez capables de continuer à imaginer des formes et des cadrages beaucoup plus loin d'où il atteint mon imagination, je sais que vous suivrez en me surprenant.

H2O, eau H3O? H4o?... jusqu'à où peut arriver la spirale d'une suggestion qui motive une inspiration qui produit une suggestion qui motive une inspiration que...

De la chimie. Oui. Je ne m'étais jamais senti si content avec mes papiers avant. Enfin j'ai réussi à sortir du stéréotype. Maintenant j'ai appris à jouer avec la marbrure. Merci Gloria. Grâce à tous ceux que confient à moi, en me faisant grandir.

Je pourrait avoir choisi les meilleurs papiers, mais ça ne serait pas juste, alors vous avez toute la série que j'ai faite en pensant à cela, jouer chacun si vous voulez, et couper et découper et revenir du revers










































Et de plus j'ai appris ce qui est un blog. C'est le premier que je publie. Vous voyez déjà que je suis un novice. Vous pardonnerez aussi mon français, s.v.p.

Mais on peut s'améliorer.

Merci beaucoup, Gloria, de tout coeur.

Antonio

jeudi, mars 19, 2009

Vidéo et quelques influences

L'une des choses qui me plaisent le plus de la marbrure c’est de l'enseigner, et je fais tout ce que je peux pour avoir les occasions de le divulguer. Pendant des centaines d'années sa connaissance s'est maintenue en secret pour que les privilégiés qui le possédaient pussent exclusivement exploiter ses bénéfices commerciaux. Cela pouvait être compris dans une économie corporative, comme elle était l'européenne quand la marbrure a été connue pour la première fois vers des fins du XVIe siècle.

Mais : maintenant ?

Maintenant n'a pas de sens suivre avec le secret. Celui qui se consacre à la marbrure avec exclusivité n'a pas à avoir peur, ce qu'il a c'est un cadeau, et ce n'est pas sur le marché, on ne peut-il perdre.

La marbrure aura toujours un lieu entre les professionnels nostalgiques du produit original et les amateurs qui l'aiment avec tendresse.

Et voilà qu'il aura un autre lieu entre les artistes qui veulent l'employer comme son forme d'expression.

Le plus la technique est divulguée nous aurons plus de possibilités d'être surpris et de jouir de l'imagination et de la créativité de tous.

Autant que plus de personnes dominent la marbrure, mieux il lui ira... à la marbrure, bien sur.

Je sais que tous ne pensons pas le même. Je ne peux rien faire.

Un égoïste garde la beauté de sa femme à la maison, il la met un voile et la fane en solitude.
Autres nous l'apprenons en public, nous nous enorgueillissons d'elle et de sa beauté qui gagne une maturité sans se faner.

Le comprenez-vous, non ?

A 2006 il a été publié un vidéo à la TV local a Madrid, nous passons tout un matin en nous amusant en le gravant, tout de suite les journalistes l'ont monté dans un petit peu et il a été émis dans l'après-midi. Tout un reportage dans seulement quatre minutes, il sont grandes ces professionnels :

Vous êtes invités à mon atelier. En espagnol, je m'excuse.

video

***



Quelques influences

L'une des choses qui sont plus valables aujourd'hui au monde de l'art est l'originalité. C’est une valeur positive, bien sûr. Mais il me semble presque impossible de ne pas reconnaître les influences du travail d'autres personnes sur ce que je fais. Vraiment peu d'êtres privilégiés ont ce cadeau de l’originalité, la majorité, et moi entre eux, nous transformons les idées qui nous viennent à l'esprit par les influences externes, dont d'autre part nous sommes très contents, et nous les transformons en quelque chose différent au modèle, quelque chose qui est déjà propre et “original“ de chacun mais qui est marqué par ceux mêmes influences. En étant conscient du précédent, je peux signaler parfaitement les miennes.

Christopher Weimann a été l'un des plus brillants marbreurs des EU. Parce que dans le temps dans lequel il a travaillé il n'y avait pas aucune facilité pour l'apprentissage de cette technique et tout ce qu'il a fait a dû le faire dans la solitude, avec son intelligence et sa persévérance comme ses seuls alliés. Il a ouvert le chemin pour les autres.

L'un des modèles qui lui plaisait marbré le plus était une espèce de “kilim“ ou de tapis turc, une série de gouttes géométriquement disposées et camouflées par un peigne dans un aller et retour, un chevron. Quelque chose pareil à cela :





Ce papier est une imitation, c’est clair. La transformation que j'ai faite a été de modifier ces gouttes dans une espèce de papillons comme celles que je présente ici dessous. Les animaux m'enchantent et j'ai une collection de papillons et de scarabées, tout était tout près de moi.











Transformer ces épis en d'autres motifs est quelque chose de très naturel, c’était presque une évolution obligée. Je me suis distrait en mettant même des noms à certains de ces papiers :

"Des mouettes"





Ce ci s'appelle “Cœurs casses”





“ Intrus rouges”





“Des coquillages”





Et “Des protozoaires”





Le thème des cœurs pouvait se développer plus loin et en pensant à beaucoup de bonnes personnes de celles que le monde est plein je les ai remplis d'or.

“Cœurs dores"







En rappelant que le Suminagashi, d'origine japonaise, le précédent le plus antique de la marbrure, utilisait aux débuts une seule couleur et que la légende dit qu’il a été un cadeau que le dieu Kasuga a fait à Jiyemon Hiroba le 1 Février 1151, j'ai aussi fait ce papier avec le thème des cœurs :

"Le cœur d’Hiroba"







Norma Rubovits est autre des icônes de la marbrure d'EU. Il a maintenant plus de quatre-vingt-dix ans et c’est un plaisir de parler avec elle, elle ne seulement maintient pas la tête dans un état parfait, mais elle l'a débordante de la même illusion et de l'intérêt qu'une petite fille pourrait avoir. L'un de ses dessins les plus originaux, et je crois qu'ici on peut utiliser ce mot avec garantie, sont celles qu'elle nomme "vignettes", peintes avec seulement une paire de gouttes de peinture, traitées comme si elles allaient occuper le papier entier et tout de suite "réduites". Ici je montre un papier original à elle, une délicate merveille pleine de subtilité.







Moi, je suis fondamentalement plus rustique, et j’ai pensé que cette technique pouvait s'employer non seulement avec une paire de gouttes de peinture, mais avec un papier entier. Un autre papillon, cette fois très différente des précédentes et une réduction complète d'un modèle traditionnel est ce que je vous présente. Tous les papiers de mon premier post, H2O, sont aussi faits avec ces idées, maintenant beaucoup plus élaborées qu'ils étaient il y a une paire d'années, quand j'ai peint ceux-ci.











L'utilisation la plus fréquente du papier marbré dans l'Orient a trouvé son origine dans la nécessité de décorer un papier pour surélever la calligraphie, le mot en définitive, la culture. J’aime la calligraphie bien faite et tout ce qu'elle implique, non seulement pas l'ornement de la culture, mais le temps qui s'emploie dans un travail semblable, la possibilité de ce que ce temps existe, et le goût du travail bien fait. L'orgueil silencieux d'un travail fait primordialement pour servir aux autres personnes, qui nourriront son esprit avec cette lecture. Les alphabets orientaux ont beaucoup des possibilités artistiques, et ses scribes le savent et les ont énormément développées. La marbrure s'est mis au service de la calligraphie artistique et a développé des modèles et des techniques spécifiques pensées principalement pour orner encore plus ces lettres.

C'est ça ce que je vous présente maintenant. Une Bismillah, le premier vers du Coran, en forme de cigogne, calligraphie figurative sur un fond d'une double marbrure. L'autre papier c’est le nom d'Allah répété huit fois en forme d'une étoile, c'est un dessin de calligraphie coufique appartenant à Emin Barin, l'un des calligraphes turcs modernes les plus renommés. La technique de la double marbrure du même papier est possible grâce à la gomme arabique, avec laquelle on colle au papier les semelles découpées avec les dessins calligraphiques pour protéger ces zones, qui ne reçoivent pas la deuxième marbrure. La gomme et les semelles disparaissent après avoir lavé le papier sans laisser aucune trace, en on pouvait apprécier la calligraphie découpée qui ressort dans les tons de la première marbrure.













Le thème des papiers doubles, ou marbrure fantôme, bien qu'il semble très nouveau, comme nous venons de voir il s'employait dans l'Orient pratiquement des débuts de la marbrure. Eh bien, Franz Weisse, un Allemand des années trente du XXe siècle, dont on dit que c'était l'un des derniers grands maîtres, c'était lui qui les amis à la mode dans l'Occident. Il disait qu'ils lui plaisaient parce qu'ils lui rappelaient l'histoire du vilain petit canard. Il profitait d'un papier qui ne lui était pas sorti comme il voulait et il faisait une seconde marbrure. Il ne savait jamais ce qu’il allait obtenir, comment ni savais le résultat du contraste de deux marbrures dans le même papier mais, quelques fois, il disait, il obtenait un papier plus beau que tout autre. Le vilain petit canard qui mutait en Cygne.
En connaissant une semblable approche l'un ne peut pas s’arrêter de l'essayer. J'espère que ces trois papiers vous plaisent tant comme à moi.



"En dansant"







"Des regards"






Et "Double Hatip "






Hatip est le nom d'une variété de la marbrure turque qui consiste à répéter le même motif floral ou géométrique quelques fois dans le même papier. Il peut être fait dans une variété infinie de formes. Les papillons inspirés en Weimann sont, de quelque façon, dessins Hatip. Un peu plus dans mon style démesuré son ces "spirales"







Et comme le dernier papier de cette entrée, le "Rolling Stones Hatip Ebru".
Ebru est le nom turc pour désigner la technique de la marbrure et je suppose que je ne dois pas présenter le dessin des Rolling.
Tant de fois un sourire est le meilleur prix.